Sunday, November 25, 2007

Ces ''Chrétins''...



L’étonnant est qu’après des décennies d’inconscience, d’erreurs grossières de jugement, de politique suicidaire et de lutte fratricide, les Chrétiens du Liban semblent aujourd’hui pris au dépourvu par ce qui leur arrive.

Alignés derrière un paranoïaque mégalomane et irraisonné qui voit tout en orange, ou d’un psychopathe dangereux rongé par la rancœur et qui vit encore à l’heure du « Majless-el-Harbi », sans parler de la clique restante d’opportunistes véreux, les voilà aujourd’hui scindés en deux factions secondaires vassalisées respectivement aux deux forces principales Sunnite ou Chiite au sein de la nation.

Navrante fin pour ces fondateurs véritables du Liban, qui ont fait jadis sa force, son unicité et sa raison d’être.

Leur plus haute autorité civile vient de partir laissant le siège vacant, la place déserte, la porte béante et la succession incertaine.

Ses bravacheries Matamoresques se sont soldées par un dernier message vague et ambigu à la nation, qu’il laissa le soin de lire à son chambellan essuie-tout personnel, et dans lequel il renvoyait la boule de feu vers le commandant en chef de l’armée, qui s’empressa de la rendre civilement à l’expéditeur.

Leur plus haute autorité religieuse, aujourd’hui plus vacillante que jamais, brille par son incertitude, son hésitation, ses contradictions et sa couardise. En un seul mot : par son incompétence.

Les émissaires Européens sont retournés chez eux, le Américains font semblant de regarder ailleurs et les frères Arabes nous aspergent de leurs habituels sages conseils et soutien verbal.

Entretemps une grande page de l’histoire vient d’être tournée, et quoiqu’il advienne dorénavant, la position du Christianisme au Liban et dans tout le Levant ne sera jamais plus le même.

Des uns parlent de complot Américano-Sioniste, d’autres de machination Wahhabite ou Syro-Iranienne, ou encore d’un état de statu quo rendu nécessaire dans l’attente des résultats qui émergeront du congrès d’Annapolis ; (cette dernière perspective me fait frémir, le Liban ne s’étant pas encore remis des séquelles des accords de Camp David en 1978…)

Il demeure qu’une chose est certaine : Des circonstances exceptionnelles requièrent des hommes exceptionnels.

Chez les Chrétiens du Liban, cette conjonction ne s’est pas faite.

Tels les Byzantins se querellant sur la nature du sexe des anges en 1453 alors qu'au dehors les troupes de Mehmet II s'apprêtaient à forcer les remparts de Constantinople, les Chrétiens Libanais semblent aujourd'hui plus résolus que jamais à s’entre égorger jusqu’au dernier, sur leur rafiot qui coule.

Ibrahim Tyan.

* Sur le même thème, revoir ''Nationalistes souverains ou Pharisiens et Publicains?''

* Visitez « Les carnets du Beyrouthin ».

17 comments:

  1. C'est vrai, Ibrahim; hier je disais à ma soeur que je ne comprenait pas pourquoi le leadership maronite est tellement divisé en ces temps de polarisation communautaire.
    Quant au patriarche, sans doute dû à son age avancé, il n'a pas fait assez d'effort pour unifier la communauté. La fragmentation des chrétiens pourrait mener à la fragmentation du Liban pour de bon.
    Une seule consolation, le vide est meilleur que la présence du minus Lahoud à Baabda.

    ReplyDelete
  2. Ceci semble être aussi l’avis d’un autre minus au sérail qui sert consciencieusement les intérêts de ses maîtres non-Libanais... .

    Ce n’est pas le mien, car le vide est l’ennemi de toute forme de vie.

    Les effets ne tarderont pas à se faire sentir

    ReplyDelete
  3. "la position du Christianisme au Liban et dans tout le Levant ne sera jamais plus le même. "

    Il me semble que cette position a été mise à sac suite aux funestes accords de Taef, signés par les collabos de l'époque qui ne sont d'autres que les résistants d'aujourd'hui.

    ReplyDelete
  4. Quoi te dire Araadon sauf que tu as raison !

    Curieux peuple quand-même que ce peuple Libanais, mélange incroyable de génie et de stupidité, de libéralisme et d’intolérance, de savoir-faire et d’ignorance.

    Une formule extraordinaire mais hélas pas viable.

    ReplyDelete
  5. Ibrahim,
    le peuple libanais n'a jamais bâti une nation unie,
    nous vivons cote à cote mais pas ensemble,
    il y a eu par ci par la des essais, le dernier en date le document d'entente "maudit" entre le CPL et le hezbollah.
    Malheureusement les vents extérieurs étaient puissants.
    Hélas

    ReplyDelete
  6. Hello Ibrahim,

    Il y a une chose que je ne comprends pas (enfin, quand je dis une......) : que vient faire la religion là-dedans ? Est-ce qu'au Liban il n'y a pas de séparation entre l'église, la mosquée, le temple, la synagogue, ou que sais-je encore et l'état ?

    La religion n'est elle pas affaire de chacun en son coeur ou au "pire" dans les lieux de culte appropriés et prévus à cet effet ?

    Le départ du président et la vacance de son poste va t-elle conduire au chaos, au constat de l'inutilité du dit poste ou à son inutilité à lui ?

    Il est bien triste de regarder, même de loin, un pays s'enfoncer dans l'abîme et sombrer dans le néant.
    L'orchestre va t-il se contenter de jouer "plus près de toi mon Dieu" en attendant que vous soyez tous engloutis jusqu'au dernier ?

    N'y a t-il aucun libanais dont la voix soit assez forte pour dire à tous les conseilleurs (qui, comme chacun sait, ne sont pas les payeurs des pots cassés) syro-américano-franco-cassenouille d'aller se faire voir chez les grecs....? Avec un peu de chance (et de vaseline), ils aiment ça et on n'en parle plus !

    Ce n'est peut-être pas la meilleure solution mais c'en est une.....

    A bientôt, bisous,

    Sixt'

    ReplyDelete
  7. AmoureuxdeBeyrouthMonday, November 26, 2007

    Oui, bonjour et merci pour ce blog...Je voudrais vous demander quelque choses sans rapport avec ce texte...Je suis amoureux de vieilles pierres de Beyrouth et de vieux quartiers...J'ai decouvdert un quartier fabuleux du nom de "La Rue Tayyan" du cote du centre-ville, cote ouest..cela vous dit qulque chose ? Ce serait bien de mener l'enquete et je pourrai vous fournir d'autres details si vous le souhaitez...Faites-moi signe sur ce blog...Merci de votre cooperation...

    ReplyDelete
  8. Ecrasons l’infâme religion
    Voltaire.

    La religion est l’opium des Peuples.
    Marx.

    Ces gens –là ne sont pas quand même les premiers venus mon cher Araadon ; ils savaient de quoi ils parlaient.
    …et je n’ai pas répondu à côté comme il peut paraître à première vue pour certains (mais pas à toi mon ami qui connais ma pensée).

    ReplyDelete
  9. Dans tous les désarrois.
    Tu garderas ma foi…

    Avec ce cantique, tu viens de me rappeler chère Sixt’ mes jeunes années au collège du Sacré-Cœur et les sept messes hebdomadaires auxquelles j’étais obligé d’y assister depuis la classe du 12ème jusqu’à l’année du bac. Un traitement de choc qui produisit chez l’iconoclaste impénitent que je suis, un effet contraire à celui escompté par les braves Frères.

    Les Libanais sont de grands débrouillards. Ils sont malins et éveillés et savent mieux que quiconque comment brasser du pognon et se faire une place sous le soleil.

    Mais cette habileté mercantile est hélas doublée d’une superficialité complète sur le plan intellectuel et moral ; d’où un déséquilibre grave dans leur personnalité qu’ils ont réussi pendant longtemps à cacher sous le clinquant de la réussite matérielle ; mais tout finit par se deviner…

    Ils ont maintes fois vendu et restitué avec profit leur pays jusqu’au jour où ils ont eu le malheur de le vendre à plus malin qu’eux.

    En plus ils sont superstitieux comme il n’est permis qu’à des ignorants de leur calibre, avec tous les totems et les tabous du papi Sigmund plein la tête.

    Pour des gens pareils, la religion devient du poison concentré.

    Bisous et amitiés
    Ibrahim.

    ReplyDelete
  10. @ amoureuxdebeyrouth

    C’est à moi de vous remercier l’ami pour votre aimable commentaire.

    Je ne connais pas la rue Tayane située à l’ouest de Beyrouth, mais je me souviens que mon ami KHEIREDDINE m’en avait parlé dans un de nos nombreux échanges sur ce blog.

    Kheir est un charmant Monsieur et n’hésitera pas à vous éclairer si cela est dans ses possibilités.

    ReplyDelete
  11. Merci Ibrahim ;)

    @amoureuxdeBeyrouth

    La rue Tyan est située à Bachoura, à coté de la rue Ibrahim El-Ahdab (mon ancêtre).
    Mon père m'avait raconté que des Tyan habitaient le quartier dans la première moitié du XXe siècle et étaient voisins des Ahdab. Puisque vous aimez les vielles pierres, je vous invite à consulter les centaines de photos découvertes sur Internet et que j'ai posté sur Skyscrapercity.com

    http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=408084&page=47

    ReplyDelete
  12. Merci Kheir.

    Entretemps, c’est moi qui me suis régalé de tes superbes photos.

    ReplyDelete
  13. amoureuxdebeyrouthTuesday, November 27, 2007

    Un grand merci Monsieur Tayyan et Monsieur Kheireddine pour ces pistes… En effet, Monsieur Tayyan vous devriez un jour faire un saut par cette fabuleuse et pittoresque rue Tayyan qui est le prolongement de la rue Ibrahim Ahdab, quelle coincidence… C’est comme la rue du Liban ou Gemmayzeh et la rue Sainte-Famille, vous voyez le genre..mais en plus romantique…
    C’est l’une des plus belles rues de Beyrouth..et laissée à l’abandon bien sûr… Peut-être que vous y avez des droits insoupnn’es à récupérer et que vous l’ignorez ?
    Je me suis toujours demandé où sont partis les propriétaires de ces fantastiques immeubles noircis par la pâtine du temps..… Achrafieh, Rmeil, Gemmayzé etc…Morts ? Déportés ? Émigrés ?… Je suis en train de préparer un ouvrage sur les vielles rues et maisons de Beyrouth et toutes ces rues figurereont en bonne place… Il faut dire qu’elle est à “Gharbieh”, votre rue, mais avant la guerre il n’y avait ni “Gharbieh” ni “Charkieh”…Pour plus d’infos je peux sans problème vous laisser à vous et à m. Kheireddine cet email au cas où vous aurez des trucs à me dire là-dessus… Mais je vous prie pour l’heure de rester discret sur ce trésor qu’est cette rue jusqu’à ma revelation… Email : journalfranco@yahoo.com

    ReplyDelete
  14. amoureuxdebeyrouthTuesday, November 27, 2007

    Comme vous venez de loin (je suppose) et si vous souhaitez que je vous y emmene (je connais Beyrouth comme le fond de ma poche) faites-moi le savoir via mon email perso journalfranco@yahoo.com et on pourra, qui sait, organiser cela un de ces dimanches ensoleilles... Bien a vous...
    Amoureux de Beyrouthlarchitect-28-11-07.

    ReplyDelete
  15. @ amourexdebeyrouth

    Je vous en prie cher Monsieur, je n’ai fait que peu de chose.

    Il est possible que mes fréquentes allusions à de nombreux pays que j’ai visités vous aient donné l’impression que je viens de loin ; en vérité je n’ai cessé même dans les pires moments de la guerre d’être ainsi que ma famille des résidents de Beyrouth et ne sommes pas prêts à changer cet état de choses.

    J’irais certainement visiter cette rue Tyan à Bachoura à la première occasion et vous signale qu’il existe aussi une autre région aux confins de Gemayzé appelée Bouret-el-Tyan.

    Le fait que vous préparez un ouvrage sur le patrimoine urbain de Beyrouth me remplit de joie. Dans ce contexte, je me permettrais amicalement de vous signaler que mon nom de famille s’écrit : TYAN et non Tayyan ou Tayan Ou même Tayane comme certaines sources le citent ; il en à été ainsi depuis des siècles, vous pouvez en faire une simple vérification sur internet rien qu’en consultant le nom du patriarche Youssef Tyan né au XVIIIème siècle.

    J’ai mentionné cela pour la véracité historique de votre ouvrage auquel je souhaite tout le succès qu’il mérite.

    Cordialement.

    ReplyDelete
  16. Excellent billet, parfaite description de ces crétins du Liban. Etrange sort, ridicule situation : le sénile mystique et radoteur a mis la balle dans le terrain du coco parlementaire vétéran et l'apprenti richard en politique pour qu'ils décident eux-même de l'élection du président libanais. je me demande si les Chiites daignent penser ne serait-ce que dans leurs songes prendre l'avis d'un Chrétien pour renouveller le CDI de Berri au Parlement, ou si depuis les accords de Taef et la mainmise haririenne sur la politique libanaise, les sunnites prennent en considération le choix chrétien pour le poste du Premier ministre qui s'impose sans possibilité de discussions.

    J'ai choisi de commenter sur ce post même si ce n'est pas le tout dernier en raison du fait qu'il restera d'actualité pour un certain temps, en attendant que le pere noel avec sa hotte sur le dos nous offrirait un président, mais surtout pour l'agréable discussion ci-dessus qui nous rappelle que Beyrouth est belle en dépit de tout, et que ces pierres continuent à crier haut et fort son passé glorieux et les hommes qui y sont passés, qui restent les seuls dignes d'être désignés par hommes.

    Merci pour ces écrits toujours exquis avec cette touche à la Oscar Wilde que j'affectionne particulièrement chez vous :-)

    @ +
    Marie-Josée
    http://blog.libnanews.com/mariejosee/

    ReplyDelete
  17. @ M-J.
    Je viens de rentrer d’une longue et édifiante randonnée à Aïn-eL-Mraïsseh sous la pluie, en passant par un centre ville transformé en forteresse fermée, pour trouver votre aimable billet sur mon blog.

    Inutile de vous mentionner encore une fois chère M-J combien vos messages me font plaisir, car vous le savez bien.

    J’ai souri devant les sobriquets dont vous affublez nos ‘’leaders’’ et que j’approuve à 100%, sauf pour le religieux que vous qualifiez de ‘’sénile mystique et radoteur’’.

    D’accord pour ‘’sénile et radoteur’’. Mais pas pour ‘’mystique’’
    Où trouver le mysticisme chez ce vieux bouc hypocrite et rancuneux, ce vendu à la solde de son patron Romain, fasciste et pro-Sioniste ?

    Le mysticisme n’a pas de religion, le Mahatma Gandhi en était un, également Theillard de Chardin et Ramakrishna.

    Mysticisme signifie avant tout : SINCÉRITÉ.
    Où la trouver chez le vieux fourbe ?

    Je ne ferais pas l’hypocrite en vous disant que vos allusions sur Oscar Wilde ne me font pas plaisir (comme la vanité affaiblit les hommes…) mais en toute sincérité ma chère M-J, je ne peux que répéter ce que j’ai déjà dit une fois : Le jour où je lui arriverais à la cheville, je serais le plus grand écrivain de ce siècle aride et inhospitalier.

    Amitiés

    Caresse affectueuse pour Chloé :)))

    Ibrahim.

    ReplyDelete