Monday, August 6, 2007

L'Eylau du Général.



Le 8 février 1807, à Eylau, Napoléon 1er affrontait les Russes dans la bataille la plus sanglante et la plus indécise de son épopée.

Les Russes s’attribuent la victoire même si les Français restent maîtres du terrain. Bilan : 40.000 morts et blessés. L’Empereur, sincèrement ému par l’ampleur du désastre, mesure pour la première fois le coût de la guerre.

* * * *

Les électeurs Maronites du Metn se sont prononcés à travers les caisses électorales, en retirant au Général Aoun la procuration générale spéciale avec pleins pouvoirs qu’ils lui avaient accordés massivement et sans restriction en 2005.

Les cafouilles répétées du Général, son manque de vision stratégique et la candeur erratique de son parcours politique, ajoutés à l’efficacité de la désinformation adverse, ainsi qu’aux forces organiques du sectarisme, du féodalisme, et de l’argent, partie inhérente de la nature même du mental Libanais, ont fini par avoir raison du Tsunami sur lequel le Chrétien Libanais laïc et Liberal avait bâti tant d’espoirs.

Comme ces Hébreux de l’Exode, qui, exaspérés selon la légende par l’interminable traversée du désert, profitèrent de l’absence de Moïse appelé par Yahvé sur le sommet du Mont-Sinaï, pour se refaire un veau d’or et de l’adorer, le Maronites Libanais reprirent le culte de leurs anciens démons, duquel ils ne s’en sont jamais vraiment sortis.

Il est encore tôt pour énumérer et de mesurer les conséquences incalculables que ce nouvel état des choses aura sur les Chrétiens du Liban ainsi que sur le Christianisme entier au Proche-Orient, surtout lorsque l’on sait que les nouvelles/anciennes divinités reprises aujourd’hui par les Maronites sont les mêmes qui ont étés de par le passé, les artisans mêmes de leur malheur.

Pour ceux qui lèveront un sourcil sceptique à la lecture du paragraphe ci-dessus je dirais : Qui vivra verra.

Entretemps, les Elections de Beyrouth se déroulent dans le désintéressement et l’ataraxie les plus complets ; là-bas, les règles sont différentes et les jeux ont étés déjà faits.

Dans la capitale qui fut jadis le fier bastion du Libéralisme Arabe, les élections législatives ne sont plus aujourd’hui qu’une formalité ennuyeuse à laquelle il ne pourra en aucun cas être permis de troubler la sérénité heureuse et léthargique d’une monarchie absolue.

Ibrahim Tyan.

10 comments:

  1. Bonjour Ibrahim,
    Un bon billet. Je l'ai parcouru entre 2 p.....
    Ce soir, tard, j'aurai le temps de te donner ma pensée du jour en ce qui concerne cette élection.
    Amitiés.

    ReplyDelete
  2. A-t-on assisté à la même soirée électorale ? Si les élections beyrouthines sont une mascarade depuis plusieurs années, au Metn, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a eu du suspense. Maintenant, il est certain que seul un grand militaire sait tirer profit des demies victoires comme celles que le Gal Aoun a enregistré hier ; alorsn chant du signe ou 1ere étape de la conquête de la présidence ?

    ReplyDelete
  3. @ libanzine

    Merci pour votre commentaire qui m’a fait autant plaisir que la découverte de votre site riche et éclectique.

    Pour la question que vous vous posez, permettez-moi de vous donner mon opinion d’une façon allégorique :

    L’heure de l’aigle avait déjà sonné en 2005 ; mais pour des raisons diverses, il ne trouva personne autour de lui, et l’heure passa.

    En 2006, l’occasion pour lui se présenta à nouveau ; mais ses alliés avaient d’autres visées, et il n’en fut rien.

    L’occasion se présentant rarement plus d'une fois, et presque jamais à deux reprises, l’aigle donnera bien encore quelques merveilleux coups d’aile, mais il est monté tout seul, trop haut et déjà l’air lui manque.

    En bas les charognards attendent patiemment.

    Et les charognards finissent toujours par gagner.

    ReplyDelete
  4. Mon cher Ibrahim,
    Merci pour la confiance que tu me témoignes. J'en suis touché.
    J'ai été complètement déconnecté toute cette journée, à dessein, du Liban.
    Mon esprit est traversé par des sentiments totalement opposés, contradictoires même erratiques.
    Je te livre le fond de ma pensée.
    La bataille du Metn a été rude, les victimes seront éparses et nombreuses.
    On peut chanter la victoire de la démocratie, mais faudrait-il auparavant respecter le verdict des urnes.
    Il y a eu un gagnant et un perdant. C'est ainsi.
    Sur le plan des fondamentaux, le Général et son courant défendent ce à quoi j'aspire. Un nouveau modèle de coexistence, un Liban nouveau, moderne, pacifique ou la loi est celle du juste et non du plus fort. sans humiliations, sans discriminations, dans un pays où le soleil se lève pareil pour tout le monde.
    Un Liban appartenant à ses citoyens et non des communautés qui ont une mainmise sur l'État et ses administrations.
    Un pays moderne, rejetant ses démons représentés par le féodalisme, le communautarisme, l'affairisme.
    Un Liban ou l'on réapprend le Droit et non les passe-droits.
    Un Liban dont tous les Libanais en seront fiers.
    Sur un plan purement politique, les gaffes furent nombreuses, la stratégie manquait de visibilité, les alliances de solidité ou tout au moins de transparence.
    Il n'y avait pas de programme politique d'alternance et pour cause il n'y a pas de plate-forme commune de l'opposition, opposition tellement disparate et hétéroclite. Dans ce domaine-là force est de constater que le courant patriotique est coincé entre un axe syro iranien d'une part et un autre israélo-arabodéfaitiste-américain. Il paie en quelque sorte les pots cassés et paie cash ce qu'il pourrait espérer gagner à crédit.
    Sur le plan spécifiquement électoral, les 50,15 % du dr Camille Khoury hier vaudrait largement un 65 % en temps normal et je m'explique : il serait totalement aberrant de comparer une élection législative normale et une élection législative anticipée. Dans le premier cas on vote pour une liste même si on panache, dans l'autre pour une personne, d'où la difficulté de comparaison.
    Il est primordial de tenir compte de 2 facteurs majeurs. Cette élection se déroulait entre un "inconnu" du grand public et un ancien président de la République, chef suprême des phalangistes, et fils d'une famille dont l'histoire est riche en évènements. L'autre facteur dont le poids est excessivement important, c'est que l'ancien président, et surtout sa femme, demandé à la population chrétienne de ne pas assassiné Pierre une seconde fois. Pas mal de chrétiens ont voté par sympathie et eu égard à la douleur de la famille Gemayel. On ne vote pas contre un Martyr.
    Je passerai sous silence le poids de la désinformation, de l'argent sale et des pressions en tout genre.
    Que le général ait perdu des voix c'est un fait, qu'il ait perdu le vote maronite c'est discutable, mais que les Metniotes ont choisi en un Amine Gemayel le représentant chrétien de cette élection, est une prostitution éhontée des faits et une insulte à la démocratie.
    Certainement des chrétiens, voire des maronites ont dû changer leur vote suite à l'entente signée entre le courant patriotique et le hezbollah, ils ont voulu envoyer un signal au Général. Probablement les esprits n'étaient pas prêts à une telle évolution, les nababs de l'information, dixit CIA & relais locaux se sont engouffrés dans cette brèche et attisés le feu à volonté.
    La majorité, défaite, essaie de montrer le visage maronite de cette élection. Pour eux les maronites devaient et ont choisi leur représentant en la personne d'un Gemayel. C'est faire outrage à l'ensemble des Libanais Metniotes, comme s'il y a des électeurs de premier degré et des électeurs de second degré. Si tel est le critère de choix qu'on dira-t-on des députés d'Aley-Baabda ? avec quelles voix les députés chrétiens ont-ils été élus ? Qu'en est - il de l'élection de Sit Setrida, ou de sit Nayla ?
    ont - elles recueillies plus de 20 % du vote des chrétiens ? Et la liste est longue.
    Il m'a suffi de voir la conférence de presse du tandem gemayel-geagea hier soir pour me conforter dans mes opinions. Les propos de l'ancien Président envers les arméniens, dont ils furent les alliés pendant plus de 30 ans sont indignes, ignobles et dans un état de droit, attaquable devant la justice. Tout comme les propos vis-à-vis du général d'un laquet tel walid ou d'un bleu dénommé Saad El Dine.
    L'histoire nous livrera bientôt ses secrets, en particulier sur l'accord qui était sur le point d'être signé sous la houlette de Bkerké. C'était sans compter sur les offices du bon samaritain. Ses officines ont mouliné les chiffres et ont présenté à Cheikh Amine les dernières intentions de vote. Le Vieux Cheikh gagnerait par 56 % des voix. La suite est connue de tous.
    On voit bien les deux logiques, l'une défendue par la clique du 14 mars, celle du féodalisme, communautarisme et des pétrodollars, l'autre défendue par l'Aigle en déperdition, celle du nationalisme, de l'état de droit et de la coexistence pacifique.
    Deux droites parallèles.
    Pour te dire vrai, pendant les 15 années où le général était en exil, cette bande de salauds, qui me donne le vomi, a ruinée le pays, collaborée avec les syriens jusqu'à leur cirer ls bottes, et voilà que maintenant ils ont découvert une âme de résistants. Leurs mains suintent encore du sang de nos martyrs, leurs consciences sont remplies de souvenirs de nos compatriotes disparus dans les gêoles syriennes.
    Il est néanmoins vrai qu'à la libération de Paris, il se trouvait en France plus de résistants que de français.
    Oui Ibrahim je te comprends et je doute aussi. Ma foi est grande et mon choix reste intact.
    Amitiés sincères.

    ReplyDelete
  5. Cher Araadon

    Merci pour m’avoir répondu par cet acte de foi superbe et sans équivoques, qui rejoint intégralement mes espoirs et mes aspirations concernant le général Aoun et le Liban.

    Puisses-tu avoir raison ; j’en embrasserais la terre de joie et de gratitude.

    Cependant, je constate d’après mon contact quotidien avec des gens de toutes les classes ici au Liban que l’emprise des autorités féodales, tribales et religieuses sur la population est encore immense.

    Tout comme les juifs qui s’attendaient à un nouveau Roi qui viendrait comme David rétablir le royaume d’Israël par le fil de l’épée, une tranche importante des Chrétiens Libanais crut voir en le Général, le retour du guerrier vengeur qui va redorer le blason des Chrétiens.

    Et tout comme les juifs furent déçus par le message pacifiste à portée universelle de Jésus, cette tranche chrétienne fut désagréablement surprise par le message laïc et libéral du général et se détourna de lui.

    A mon humble avis, la propagande et l’argent sale ont bien fait du tort au général, mais c’est surtout L’IGNORANCE et LE CONFORMISME d’une certaine masse Chrétienne qui N’A PAS PU saisir la nature véritable de son message qui l’a trahi.

    Sinon comment expliquer les clameurs que les manifestants pro FL et Kataeb ont lancé ce Dimanche : AOUN KALB SOURI.

    Aoun ne bénéficie d’aucune aide extérieure ou intérieure. Il compte uniquement sur son PEUPLE qui l’a porté aux nues et dont une partie vient ce Dimanche de le trahir.

    Ce qui me fend le cœur c’est que ce Dimanche était une occasion en OR pour porter un coup fatal à la machine infernale du 14 Brumaire, au lieu de cela, l’ignorance, la stupidité, le fanatisme idiot, l’obscurantisme et l’aliénation mentale de certaines tranches chrétiennes manipulées et aberrées, l’ont fait rater ; pire, ils ont fourni aux sbires au pouvoir l’oxygène nécessaire pour leur survie.

    Et quoique l’on pense ou dise, Bkerké était de cœur et d’âme du côté de la crapule féodale et de la croix-poignard, au lieu de ce général révolutionnaire dont le message laïc et libéral secouait ferme l’alliance séculaire : Capitalisme/féodalité/Clergé.


    L'humanité ne sera heureuse que lorsque le dernier roi sera étranglé avec les boyaux du dernier prêtre.
    - Curé Meslier, modeste prêtre de campagne, mort, en 1729

    Avec toute mon amitié.

    ReplyDelete
  6. Bonjour l'Ami,
    Ta réponse complète la mienne.
    Je la fais mienne.
    La Vérité, étouffée n'éclatera que de plus belles.
    J'ai foi malgrè les turpitudes du moment. L'Hitoire du Liban ne s'arrêtera pas à la prochaine élection.
    Amitiés.

    ReplyDelete
  7. le pb comme je l ai déjà dis n'est pas un manque de stratégie mais un manque de "politique"

    il ne réfléchit pas en homme politique mais en stratégiste.

    ReplyDelete
  8. @ Frenchy

    Ça dépend…

    Le terme ‘’politique’’ se prête à d’interprétations infinies, des plus nobles aux plus vils. Si vous vouliez signifier par cela l’incompétence du Général à nager dans les eaux troubles des magouilles des politicards Libanais, je vous l’accorde bien.

    Concernant la stratégie, je parlais exclusivement de stratégie ‘’politique’’, qui de mon point de vue personnel, consiste à concevoir avec compétence et habileté des plans à longue échéance, permettant de maitriser l’ensemble de la situation et d’en tirer profit.

    Tout le monde est plus ou moins stratège, mais il en est de bons et de mauvais.

    Jusque là, le Général n’a pas brillé dans ce domaine.

    Un peu de stratégie de ‘’marketing’’ pour son image personnelle n’est pas aussi à dédaigner.

    Par contre et à défaut d’être un grand STRATÈGE, le Général à toujours été bon TACTICIEN, dans le sens qu’il à toujours su mobiliser efficacement l’ensemble des moyens à sa disposition pour atteindre un objectif immédiat qu’il s’est fixé.

    Ceci dit, je demeure un des sympathisants du Tayyar, et vous venez de me donner là une idée pour un article qui verra peut-être le jour, mais pas de sitôt car le sujet requiert beaucoup de préparation et de documentation.

    Amitiés

    ReplyDelete
  9. Ibrahim,

    Il reste que Gemayel a été bel et bien battu par un illustre inconnu et c'est bien ainsi.

    ReplyDelete
  10. @ Kheir.

    …Tellement inconnu que certains billets de vote ont étés annulés vu que les électeurs y avaient inscrit ‘’Mansour Khoury’’ au lieu de Camille Khoury.
    D’autres ont poussé la bêtise du zèle jusqu’à voter avec des billets de couleur orange, que les autorités se sont empressées d’annuler.
    Il reste les 650 cartes électorales que les autorités ont refusé de remettre aux voteurs.
    Selon les sources de [Tayyar.org], un bon millier de voix à été perdu ainsi.

    Il demeure que le cancrelat féodal à été écrasé comme tu le dis par l’illustre inconnu, et c’est là une consolation.

    ReplyDelete