Tuesday, December 1, 2009

بيروتيّ لا ريب فيه



ضيعانك يا بيروت

يا مناظر عالشاشة يا خداعة وغشاشة
يا عروس بخشخاشة يا مصمودي بالتابوت
يا ضيعانك يا بيروت

الخواطر مكسورة والنفوس مقهورة
والحرية مقبورة والكلام للنبوت
يا ضيعانك يا بيروت

الجهال حاكمين والارذال عايمين
والانذال عايشين والاوادم عما تموت
يا ضيعانك يا بيروت

الخاين حامل نيشان والسافل الو قدر وشان
والجاهل شبعان رويان والعالم لايب عالقوت
يا ضيعانك يا بيروت

ما في هيبة ولا وقار بالاحكام استهتار
وين ما مشيت لعب قمار في النوادي والبيوت
يا ضيعانك يا بيروت

الغريب بيتمخطر والقريب بيتمرمر
واللي بيفوت ما بيضهر واللي بيضهر ما بيفوت
يا ضيعانك يابيروت

عمر ألزعنّي
1961-1898



منطقة ألزيتونة أيام عمر ألزعنّي

و
قتها كانت بيروت مش عاجبتو, متل ما بأيامنا ما كانت عاجبتنا

أبراهيم تيّان

10 comments:

  1. Ahlan wa sahlan Ibrahim!

    J'espère que tout se passe bien.

    Enfin le service public français se décide à rendre hommage au Liban.

    Ce sera sur THALASSA, France 3, vendredi à 20h30.

    Quelques extraits sont déjà disponible:

    http://www.thalassa.france3.fr/index-fr.php?page=prochainement

    Un ami qui a un rapport très intime (français) avec le Liban y a largement contribué.

    Ma3sslama,

    Cédric

    ReplyDelete
  2. j'suis pas arabophone...:(:(
    puis-je espérer une traduction en français?
    choukrane

    ReplyDelete
  3. Hello Cher Cédric.

    Mon retard pour répondre à ton aimable message est dû au fait que je suis demeuré sans internet pendant une assez longue période pour cause de changement de serveur en vue d’un meilleur rendement, ensuite à cause de la surcharge habituelle de travail en période de fin d’année.

    Vivement Janvier et le retour au traintrain routinier.

    As-Salamu Aleikum ya oustazna al aziz.

    Ibrahim.

    ReplyDelete
  4. A Chris.

    Après mûre réflexion, il serait absurde de ma part d’essayer de translater en Français, les intraduisibles subtilités de la langue Arabe, auxquels s’ajoute le délicieux jargon Ouest-Beyrouthin d’Omar Zeenni tout en espièglerie et en sous-entendus, sans les fâcheusement mutiler.

    Je suis parmi ceux qui croient fermement que Garcia Lorca ne peut être pleinement compris et apprécié qu’en Espagnol, Schiller en Allemand, William Blake en Anglais et Molière en Français.

    Imaginez-vous Ray Charles interprétant ‘’Georgia on my mind’’ en japonais ?

    Cependant, et sans trop porter atteinte à la mémoire d’Omar, je peux vous informer que son poème reproduit sur ce blog et écrit durant les années 50’ du siècle dernier, est une féroce critique du Beyrouth de cette époque-là, et un lamento nostalgique sur ‘’son’’ Beyrouth d’antan. Vous y retrouverez la même substance qui coule tout les long des ‘’Carnets du Beyrouthin’’.

    En voulant traduire le titre du poème d'Omar, je suis arrivé à maintes tournures dont :

    _ Je te regrette, Beyrouth.
    _ Tant pis pour Beyrouth.
    _ Beyrouth, quel gâchis.
    _ Dommage pour Beyrouth.
    _ Etc.

    Cela pour tout vous dire...

    ReplyDelete
  5. कुसुमस्तबकस्येव द्वयी वृत्तिर्मनस्विन:।

    मूर्ध्नि वा सर्वलोकस्य विशीर्येत वनेऽथवा॥

    ReplyDelete
  6. Suis en manque... à quand le prochain article ?

    ReplyDelete
  7. Bonsoir chère Chris.

    Des circonstances indépendantes de ma volonté (rien de négatif, je m’empresse de vous rassurer) me laissent ces jours-ci peu de temps pour l’écriture ; mais ce n’est là qu’un état provisoire qui ne risque pas de perdurer.

    Merci pour votre gentil mot qui combine avec subtilité, verve et amitié.

    Ibrahim.

    ReplyDelete